Interview

MICKAEL LASRY – Concepteur de l’e-Tree

Co-fondateur de l’entreprise et créateur de l’e-Tree, Mickael, pilote la recherche de tous les constituants de l’e-Tree première génération, la mise au point des procédés industriels de fabrication, des équipements informatiques, technologiques, intelligents et connectés.
Réunir concrètement dans un objet, écologie, rassemblement, fraternité et tous cela gratuitement.

« En Israël, nous manquons de beaucoup de choses, mais avons énormément de soleil. Après l’installation de nombreuses fermes solaires à travers le monde, nous nous sommes interrogés sur la meilleure façon de rendre l’énergie solaire visible et accessible à tous. Le but était de trouver l’Objet qui apporterait l’énergie solaire au cœur de la cité et rendre ce don de la nature accessible à tous. »

« Nous nous sommes inspirés de de l’arbre du désert, Shita (l’acacia en hébreu), pour créer le design du e-Tree. L’acacia est un arbre venant d’Afrique et implanté dans les déserts du Moyen-Orient par aux flux migratoire. C’est sous le Shita qu’Abraham, père spirituel des civilisations, pratiquait l’hospitalité en accueillant les voyageurs du désert. L’acacia a cette particularité : ses racines ne sont pas profondes et sont entremêlées. Il est un symbole fort des civilisations. Alors que ses branches se fracassent, ses racines s’enlacent ! »

« Nous voulions concevoir un arbre autonome pour pouvoir le placer n’importe où sur le globe, pour qu’il produise de l’énergie et de l’eau aussi bien en centre-ville qu’en plein milieu du désert. »

« Il peut vivre de 40 à 50 ans. Ce qui m’a inspiré, c’est d’avoir vu un jour dans un village, une ancienne maison datant de 300 ans. Le menuisier a travaillé le bois qui a évolué avec le temps. La gravité a modifié la forme et l’inclinaison de l’œuvre. Pour l’e-Tree, cette force de gravité va également travailler. Il va se bonifier avec le temps et va affirmer peu à peu sa présence dans son environnement naturel. L’Arbre sera toujours une œuvre vivante. Une œuvre à la fois de haute technologie et une œuvre d’art… Et à la fin de sa vie, après plusieurs décennies, l’e-Tree sera en grande majorité recyclable. »

« Oui, il est important de le placer dans un lieu où on va le respecter et se respecter. Il y a toute une philosophie autour de cet arbre. L’e-Tree pourra évoluer dans son style en fonction des endroits où il sera installé : les parcs et jardins, les écoles, les sièges d’entreprises, les hôpitaux, les centres commerciaux … mais également sur des sentiers de randonnée ou de pistes dans le désert. Il est aussi un vecteur de dialogue avec l’environnement. »

« J’ai opté pour le verre pour supporter les panneaux solaires. Habituellement on utilise du métal ou de l’acier mais ce n’est pas esthétique. Je voulais une matière transparente comme le verre pour que les gens puissent voir le ciel assis en-dessous. »

« Nous avons travaillé au total avec 5 usines et des ingénieurs très spécialisés pour nous aider dans la conception. C’était une sorte de défi car beaucoup de matériaux que nous souhaitions ne figuraient pas dans leurs programmes de fabrication, il a donc fallu s’affranchir des productions standards pour créer quelque chose de complètement nouveau. Au total, 150 pièces ont été assemblées pour former l’e-Tree. Après avoir conçu les formes il a fallu progresser dans le design, trouver la bonne inclinaison des branches. »

« Fruit d’un partenariat technologique franco-israélien, il a été imaginé par Mickael Lasry, rejoint par Yoav Ben Dov, Bernard Bitan et Simon Abbou. Un long chemin a été parcouru afin de trouver tous les matériaux nécessaires et le design adapté pour allier œuvre d’art et technologie. Leurs objectifs sont à la hauteur de leur concept : réunir concrètement dans un objet écologique et autonome, une plateforme de services à dimension sociale et à forte valeur ajoutée. »